Je m'abonne

Espace Abonnés

Recherche

Construction de nouvelles issues supplémentaires

Les tunnels du BPNL ont toujours été équipés d’intertubes (issues de secours de liaison entre les deux tubes de circulation) mais ceux-ci étaient trop éloignés les uns des autres pour que l’ouvrage soit conforme à la nouvelle réglementation en vigueur.

Les travaux de mise aux normes de sécurité des 4 tunnels ont donc consisté, dans un contexte géologique très difficile, à la création de 13 nouveaux intertubes, portant désormais à 26 leur nombre total sur l’ouvrage. Disposés entre les intertubes existants, ces nouveaux intertubes permettent ainsi de réduire à 200 m la distance entre 2 issues de secours. Ces nouvelles galeries sont uniquement destinées à l’évacuation des piétons.

L’adaptation des intertubes existants pour une meilleure accessibilité aux personnes à mobilité réduite (PMR)

Jusqu’à présent, les issues de secours n’étaient pas accessibles aux personnes à mobilité réduite. Avec l’obligation de mise aux normes et la construction de 13 nouvelles galeries, l’évacuation des usagers à mobilité réduite, en cas d’incendie, se fera dorénavant dans des conditions de sécurité améliorées.

Stabilité structurelle et meilleure tenue au feu des ouvrages et des équipements de sécurité

La protection au feu des structures et la résistance aux températures extrêmement élevées observées lors d’un incendie ont été au cœur des travaux de mise aux normes de sécurité. Dans certaines zones sensibles, les revêtements existants ont ainsi été recouverts de plaques anti-feu en ciment, perlite et fibre de verre, destinées à supporter ces températures très élevées. Au total, ce sont 100 000 m² de plaques posées !

La pose de ces plaques a nécessité une organisation logistique sans faille pour conserver le bon fonctionnement de tous les équipements de sécurité nécessaires à une réouverture des tunnels chaque matin (signalisation routière, caméras…).

l’amélioration des systèmes de ventilation et d’évacuation des fumées en cas d’incendie

En cas de feu, il est fondamental que les usagers puissent évacuer en urgence le tunnel incendié et que les équipes de secours puissent intervenir rapidement sur les lieux du sinistre.

La mise aux normes des tunnels du BPNL modifie tout le concept de ventilation et d’évacuation des fumées.

Le système de supervision a également évolué afin de permettre une localisation et une gestion plus précise des incendies (à 50 mètres près), grâce à des câbles thermométriques qui permettent à présent de détecter la zone du foyer. La Gestion Technique Centralisée (GTC), sorte de super-ordinateur, lance alors l’ordre d’ouvrir les trappes de désenfumage et d’augmenter le débit d’extraction d’air. Ce nouveau fonctionnement permet ainsi une intervention optimisée des services de secours.

  • Le tunnel de la Duchère est le plus concerné par ces travaux. Une gaine d’air vicié d’un kilomètre de long a été installée en voûte dans chacun des 2 tubes de circulation de ce tunnel. Cet ouvrage est désormais relié à une station de ventilation construite pour l’occasion à Valvert, sur le territoire de la commune d’Ecully, permettant un désenfumage rapide et performant dès le dégagement et la détection des fumées. Cette station ne sera déclenchée qu’en cas d’incendie, et quelques heures dans l’année dans le cadre de la maintenance.
  • Le tunnel de Rochecardon : évolution du système de désenfumage avec régulation de la vitesse d’air.
  • Le tunnel de Caluire : Le concept de ventilation et de désenfumage du tunnel de Caluire a également été revu.

> Installation de ventilateurs de désenfumage plus puissants dans les usines de ventilation,

> Rajout de nouveaux accélérateurs installés en plafond pour contrôler le courant d’air continu en tunnel et pour une régulation de la vitesse d’air en cas d’incendie,

> Agrandissement des trappes de désenfumage.

  • Le tunnel de Quai Bellevue avait déjà bénéficié d’une mise aux normes en 2012 et n’a pas été concerné par ces travaux.

l’ajout ou le renouvellement de certains équipements de sécurité situés en tunnels

Aujourd’hui, le Périphérique Nord est équipé d’un Poste de Commandement et de Surveillance du Réseau (PC Cordière) qui a pour mission d’assurer la sécurité des usagers et des personnels en détectant et déclenchant les interventions adaptées aux événements.

Les opérateurs du PC Cordière s’appuient sur de nombreux équipements de sécurité existants (caméras vidéo dont les 2/3 sont équipées d’un système de Détection Automatique d’Incidents (DAI), bornes d’appel d’urgence, détection d’incendie avec système de désenfumage, signalisation, panneaux d’information…).

Tous ces systèmes ont été renforcés, remplacés ou améliorés pour assurer une sécurité encore plus grande aux usagers du BPNL. Ainsi, de nouveaux dispositifs ont été installés pour une activation en cas d’incendie :

  • Sonorisation et sur-signalisation – chevrons verts lumineux – des issues de secours…,
  • Création de 2 murs anti-recyclage des fumées empêchant les fumées du tube incendié d’entrée dans le tube sain,
  • Installation de barrières en tunnels (tous les 800 mètres) empêchant les usagers d’entrer dans une zone de feu,
  • Installation de lignes de vies pour les pompiers, tel un fil d’Ariane, afin d’être guidé même en cas de fumées,
  • Ajout de niches incendie avec des bornes d’appel d’urgence directement connectées aux opérateurs du poste de secours.

Pour pallier à toute éventualité, un PC de secours a même été construit, à quelques centaines de mètres seulement du PC de sécurité principal, sur l’ancien site du péage de la Pape, pour se substituer au PC Cordière en cas de défaillance de celui-ci, permettant ainsi aux usagers de continuer à circuler sur l’ouvrage.

Deux nouveaux équipements permettent désormais une détection automatique des véhicules hors-gabarit et des véhicules contrevenants ainsi qu’une détection des véhicules transportant des matières dangereuses. Des caméras infra-rouges, positionnées sur les bretelles d’accès du BPNL, détectent automatiquement la présence de véhicules équipés de plaques orange symbolisant le transport de matières dangereuses. Une alarme est alors immédiatement transmise au PC de surveillance, afin que les forces de l’ordre soient alertées et puissent intervenir. La complexité de ces travaux, étalés sur 28 mois, et le maintien de la circulation en journée ont nécessité une grande cohésion entre les équipes du chantier (plus de 200 personnes !) et celles du Périphérique Nord.

Le Périphérique Nord, partenaire de votre sécurité

Désormais, après les travaux réalisés et les tests de sécurité effectués, le Périphérique Nord remplit les conditions optimales de sécurité dans ses tunnels équipés des dernières technologies.

 

Découvrez les travaux de mise en sécurité du Périphérique Nord dans la rubrique Rétrospectives 2016 / 2018 (images et vidéo)

 

 

 

Je m'abonne Espace abonnés Je recherche
Saisissez ici votre recherche :